Message d'erreur

User warning: The following module is missing from the file system: media_youtube. In order to fix this, put the module back in its original location. For more information, see the documentation page. in _drupal_trigger_error_with_delayed_logging() (line 1128 of /home/imfura/public_html/includes/bootstrap.inc).

Union Africaine : se déplacer bientôt en Afrique sans demande de visa ?

A lire aussi

les présidents Idriss Déby et Paul Kagamé reçoivent leur passeport africain

Il y a des moments où, qu’on le veule ou pas, les choses finissent par se mettre en route toutes seules. La mise en route du passeport africain a surpris plus d’un.

En effet, annoncé lors d’une précédente réunion des Chefs d’État et de gouvernement de l’Union Africaine, le passeport délivré par l’UA est désormais une réalité.

Le président tchadien Idris Deby et le président Rwandais Paul Kagamé ont, respectivement, eu l’honneur de recevoir ce premier passeport africain à l’ouverture du 27e sommet de l’organisation panafricaine à Kigali.

Cependant, les autres Chefs d'Etat, hauts fonctionnaires et ministres des Affaires étrangères de l'Union africaine devraient également recevoir leur passeport durant le sommet.

Rappelons également que, selon le Dr Dlamini-Zuma, même si le plan initial était de délivrer les passeports aux chefs d’Etats, aux ministres des Affaires étrangères et à certains diplomates de haut rang, l’UA a reçu plusieurs requêtes d’autres personnes qui voudraient aussi bénéficier de ce « privilège », que de détenir un passeport africain.

Selon de nombreux experts, ce passeport devra encourager les échanges commerciaux en Afrique et faciliter le déplacement des opérateurs économiques. Une nouvelle qui devra plaire au premier milliardaire du continent, Aliko Dangoté qui déplorait déjà le fait qu’il soit plus facile de se déplacer au pour l’Europe qu’entre les pays africains.

Dr Dlamini-Zuma a donc demandé aux pays d’accepter le défi de délivrer des passeports africains à leurs ressortissants selon leurs propres processus. Ainsi, l’UA espère réellement voir les pays africains délivrer le passeport aux citoyens ordinaires d’ici à 2018.

Ce désir reste sujet à questionnement, surtout que l’on sait que, dans les différentes sous régions africaines, la libre circulation des biens et des personnes reste une vraie épine dans la chaussure. On sait aussi qu’à chaque fois qu’on parle d’union au sein des africains, il y a toujours des voix qui se lèvent pour analyser les choses autrement.  

Divergence au sujet de la CPI

Déjà, le mercredi 13 juillet, les ministres des Affaires étrangères des Etats membres de l’Union Africaine devaient se prononcer lors du Conseil exécutif de l’U.A, qui se déroulait dans le Convention Center de Kigali, sur une nouvelle résolution précisant les modalités d’un retrait collectif de l’Afrique de la Cour pénale internationale.

Après les discussions très houleuses, ce jour-là, le Nigeria, la Côte d’Ivoire et le Sénégal se sont fermement opposés au retrait des pays africains de la CPI, car selon ces pays au lieu de voter une nouvelle résolution, c’est préférable de s’en tenir à celle votée en janvier 2016 à l’initiative du président Kenyatta.

Il s’agit en effet de cette résolution votée fin janvier à Addis-Abeba, à l’initiative du président kényan, Uhuru Kenyatta, prévoyant « l’élaboration d’une feuille de route pour un retrait de la CPI ». Mais elle n’en précise ni le calendrier ni les modalités. Certains de ces ministres des Affaires étrangères pensent donc qu’il ne revient pas à l’UA de décider d’un éventuel retrait collectif de la CPI. En clair : aller en rang dispersé, à chacun selon ses intérêts.

Des nouvelles élections au sein de l’UA

Ce sommet qui s’est clôturé en après-midi de ce dimanche 17 juillet 2016 était le dernier du genre sous la présidence du Dr Dlamini-Zuma. Lors de son dernier discours en tant que présidente de la Commission africaine de l’UA, elle a mis en exergue les réussites de son mandant, entre autres, les droits de la femme, le lancement du passeport africain, et le rôle des jeunes dans l’avenir du continent.

Elle a par ailleurs encouragé la prochaine Commission à se focaliser sur la réussite de l’Agenda 2063, qui a été fixé comme objectif principal. L’UA devrait choisir un nouveau président pour diriger les affaires de la Commission pour les quatre prochaines années. Elle n’est pas candidate.

Source: 
IMFURA