Message d'erreur

User warning: The following module is missing from the file system: media_youtube. In order to fix this, put the module back in its original location. For more information, see the documentation page. in _drupal_trigger_error_with_delayed_logging() (line 1128 of /home/imfura/public_html/includes/bootstrap.inc).

Ngoulla Guillaume : l’agriculture n’est pas un sous métier

A lire aussi

Ngoulla Guillaume, Agriculteur / @IMFURA

Agriculture et Agri-Industrie

Ce thème a été présenté par Mr Ngoulla Guillaume. C’est un digne fils du Département qui s’est déplacé du grand Nord afin de participer aux Journées Economiques du Département des Bamboutos en Mai dernier à l'hôtel Mangwa Palace de Mbouda. Au Nord, il possède différents espaces agricoles sur plusieurs hectares. Il est spécialement implanté dans la culture du maïs, des arachides, des tomates comptabilisées en plusieurs centaines de tonnes. C’est tout naturel s’il s’est senti très interpellé par l’idée des Journées économiques du Département, dans son volet agricole.

Mr Ngoulla a tenu le public en halène pendant un peu plus de 30 minutes sur les rouages de l’agriculture, les bases à maitriser et les potentialités avenirs dans le département. « Il faut comprendre que l’agriculture n’est pas un sous métier. Je le dis parce qu’il me semble que certains jeunes pensent que c’est à la retraite qu’ils vont faire cela » insiste celui qui pèse un peu plus de 30 ans dans le domaine. On ne fait pas non plus l’agriculture parce qu’on n’a rien à faire. Car, ce n’est pas le dernier secteur de la société.

Cheminant sur les couloirs des difficultés propres à tout projet et à toute entreprise, Mr Ngoulla estime que les projets agricoles exigent beaucoup de témérité car il y plusieurs étapes à traverser pour s’assurer de bons résultats.

Notamment, les conditions climatiques peuvent nous conduire à un échec cuisant. Non pas qu’il faille abandonner de rêver ! Que Non ! « Quel qu’en soit le niveau de perte, très souvent, l’investissement de départ revient toujours ».

Mr Ngoulla a également embrayé sur la chaine de valeur agricole. Il a précisé que la continuité de l’agriculture peut être l’élevage et vis versa. Car, on peut cultiver pour nourrir ses bêtes et être tout autant ou plus bénéfique que celui qui cultive pour vendre. De l’autres coté, les excréments d’animaux constituent d’excellents fertilisants agricoles. En rapport à cette complexité des choses, il interpelle les participants, qui, visiblement étaient à l’écoute, à se rapprocher des personnes plus expérimentées avant de se lancer.

Justement, sa présentation a attiré plusieurs questions, notamment celle de Mr Moffo Diouf qui s’inquiétait suite à la mauvaise qualité de semence et d’engrais dans les Bamboutos. Certains se plaignent également de la peste qui touche près de 65% des éleveurs dans le Département des Bamboutos.

Si des solutions habituelles ont été données, Mr Ngoulla Guillaume a surtout interpellé ces derniers à se rapprocher des centres d’accompagnement afin de limiter la casse. Pour les semences, il a fait preuve de beaucoup de largesse et de disponibilité en donnant son contact personnel à certains jeunes afin de les aider, au besoin, à obtenir les meilleures semences et les meilleurs engrais. Il leur a demandé de se rapprocher des centres spécialisés pour un accompagnement global.

Source: 
IMFURA