La mémoire est une faculté qui oublie, surtout quand cela nous arrange

A lire aussi

(Photo: 123RF)

Dans son livre «John Neff On Investing», l’investisseur célèbre, John Neff (1931-2019), a partagé cette petite histoire de chasse que je trouve savoureuse, surtout dans le contexte actuel du marché boursier:

 

«Deux chasseurs louent un avion pour les emmener dans un endroit sauvage et reculé afin d’y chasser l’orignal. Lorsqu’ils arrivent à destination, le pilote les avertit qu’ils ne pourront rapporter qu’un seul orignal chacun car tout poids additionnel surchargerait le moteur, compromettant le vol de retour. Deux jours plus tard, l’avion revient chercher les chasseurs et chacun d’eux a tué deux orignaux.

«Trop de poids», affirme le pilote. «Bah, vous nous avez dit la même chose l’année dernière; nous vous avons donné chacun 1 000 $ en prime et vous nous avez ramenés», dit l’un des chasseurs. Le pilote accepte la même offre. Bien sûr, peu après le décollage, le moteur connaît des ratés et le pilote se voit forcé d’atterrir en catastrophe. Une fois au sol, les chasseurs, sonnés mais sains et saufs, sortent de l’avion en titubant. «Où sommes-nous?», demande l’un d’eux. «Je ne sais pas», répond l’autre, «mais ça ressemble beaucoup à l’endroit où nous nous sommes écrasés l’an dernier.»

Lorsqu'on lit cette histoire, on se rappelle combien de fois, nous donnons l'impression de nous rappeler les périodes diffciles passées. On fait face aux mêmes problèmes et on les résoud avec les mêmes solutions qui avaient posé les problèmes de départ. Beaucoup d'entrepreneurs se comportent ainsi et il faut dire que si nous voulons faire avancer notre portefeuille, il faut le charger 

La mémoire est une faculté qui oublie… surtout lorsque ça fait notre affaire d’oublier. J’ai la nette impression de revoir chez les investisseurs les excès de la fin des années précédentes. Et comme c’était le cas à l’époque, chacun continue de faire la fête comme s’il n’y avait pas de lendemain. Or, comme nous le rappelle l’histoire du début, à la longue, surcharger un avion ne peut qu’avoir des conséquences fâcheuses.

 
 
Source: 
IMFURA