Vous avez manqué votre coup? Sachez rebondir rapidement!

A lire aussi

@DR

Une claque mentale

Dans une moindre mesure, dans votre rôle de gestionnaire, vous pouvez faire face à une situation semblable de perte de contrôle dans le cadre d’un rendez-vous stratégique chez un client, d’une présentation importante pendant un comité de gestion ou lors d’un déjeuner d’affaires. Victime de stress ou de maladresse, ou des deux, vous pouvez rater votre coup et faire mauvaise impression. Dans une société qui valorise l’ultra performance et la notion de perfection, votre amour propre en prend forcément pour son rhume. Mon conseil: respirez par le nez car ce n’est pas la fin du monde.

En cas d’échecs ou d’expériences traumatisantes, on se laisse souvent emporter par nos émotions face au regard des autres. Le grand risque, c’est de fuir la situation et de se réfugier dans un terrier, en laissant faire le temps. Tout comme le découragement, l’angoisse et la perte de confiance en soi qui en découlent, c’est une réaction somme toute humaine. Mais c’est pourtant le contraire qu’il faut faire; savoir encaisser rapidement votre revers, c’est la solution pour mieux rebondir.

Ne vous excusez surtout pas!

Après l’étape de votre propre déception franchie, l’idée de vous excuser auprès des autres est souvent l’autre réaction spontanée, mais aussi la moins bonne. Pour mieux analyser votre échec et ne pas le revivre, vous devez faire deux choses que je vous conseillerais de ne pas enclencher le jour même de votre mauvaise expérience. Puisque l’on dit que la nuit porte conseil, attendez plutôt le lendemain:

1) Vous questionner sur les raisons de votre échec:

- pouvez-vous préciser si vos lacunes ont été techniques ou d’expression orale?

- pensez-vous avoir consacré assez de temps pour vous préparer?

- selon vous, quelles sont les raisons pour lesquelles votre intervention a été mal interprétée par vos interlocuteurs?

- savez-vous ce qui vous a empêché de répondre clairement à cette question en particulier?

Répondez à ces questions en toute franchise pour vous assurer de ne pas refaire les mêmes erreurs.

2) Puiser auprès des autres des pistes de réaction

Tout un exercice d’humilité car il faut accepter de s’exposer à la critique. Approchez avec assurance et ouverture votre patron, vos collègues ou toute autre personne qui a assisté à votre présentation. Expliquez votre recherche de rétroaction avec honnêteté. Utilisez des phrases brise-glace comme « Je pense avoir échoué et je cherche des pistes pour éviter que ça se reproduise. Et votre (ton) opinion compte ».

Vous pourriez même être agréablement surpris. N’oubliez pas que le regard sur soi est souvent plus impitoyable que celui des autres. Leur avis sur le niveau de votre présentation est peut-être plus favorable que vous ne le pensiez…

Avec Isabelle Lord.

Source: 
IMFURA