Un truc ultrasimple pour attirer à vous les talents de demain

A lire aussi

D'une manière ou d'une autre, il faut bien de grands talents... Photo: DR

Vous êtes en mode recrutement, et vous vous arrachez les cheveux au regard des candidatures qui vous sont soumises : il y a ceux qui vous envoient leur CV comme ils l'ont fait des dizaines de fois auparavant, sans vraiment se demander qui vous étiez; il y a aussi ceux qui n'ont visiblement aucune motivation pour le travail proposé, mais ont besoin d'argent; il y a encore ceux qui n'ont pas les compétences requises, mais qui tentent tout de même leur chance; etc. Bref, rien de palpitant à l'horizon.

Pourquoi? Oui, pourquoi ne trouvez-vous pas la perle rare? Eh bien, il se pourrait que ce soit pour une raison toute bête. Ridiculement bête, même. C'est ce qui a été découvert grâce à une étude intitulée Opening the black box of the matching function : The power of words et signée par : Ioana Marinescu, professeure d'économie à l'Université de Chicago (États-Unis); et Ronald Wolthoff, professeur d'économie à l'Université de Toronto (Canada). Voici de quoi il s'agit...

Les deux chercheurs se sont demandé si, dans les petites annonces d'emplois diffusées sur le Web, il y avait un élément de celles-ci qui était plus important que les autres aux yeux des personnes à la recherche d'un nouvel emploi. Un élément qui ferait même toute la différence.

Pour s'en faire une idée, ils ont analysé le million de petites annonces qui ont été mises en ligne sur le site Web CarrerBuilder.com en janvier 2011 et qui concernaient les zones géographiques de Chicago et de Washington. Et ils ont étudié avec minutie la pertinence des quelque 11 millions de candidatures que ces annonces-là avaient globalement suscité; une pertinence jaugée à l'aune, entre autres, du niveau scolaire et du nombre d'années d'expérience professionnelle de chaque candidat.

Résultat? Tenez-vous bien :

> Tout est dans le titre. Un seul élément joue bel et bien un rôle fondamental quant à la pertinence des candidatures par rapport au poste à combler, à savoir... le titre de l'emploi! Et non pas, comme certains seraient pourtant amenés à le croire, le fait de faire figurer le salaire offert – ce qui concerne en moyenne 1 annonce sur 5, selon l'étude.

C'est que, lorsque le titre indiqué dans la petite annonce correspond parfaitement à l'emploi offert, il représente le facteur prédominant – à hauteur de 80% – expliquant la pertinence des candidatures soumises. Rien de moins.

Comment expliquer ce phénomène? Tout simplement par le fait que le titre de l'emploi est, à lui seul, une mine d'informations pour les personnes à la recherche d'un nouvel emploi. Il indique en effet «la position hiérarchique dans laquelle va se retrouver la personne embauchée, le niveau d'expérience attendu ainsi que le degré de spécialisation requis», notent les deux chercheurs, en ajoutant que «le titre de l'emploi est, de surcroît, un puissant indicateur du salaire qui sera offert par l'employeur», lorsque celui-ci n'est pas spécifié dans la petite annonce.

«Les internautes ont le réflexe de démarrer leurs recherches à partir du titre qu'ils entendent occuper dans leur nouvel emploi, et non pas à partir, par exemple, du salaire qu'ils espèrent toucher dans leurs nouvelles fonctions. C'est pourquoi il est absolument crucial de faire figurer dans sa petite annonce le titre de l'emploi parfait, celui qui saura attirer l'attention des internautes tout en leur donnant l'heure juste», disent Mme Marinescu et M. Wolthoff.

Autrement dit, il est nettement plus payant pour un employeur d'indiquer, par exemple, «chauffeur pour livraison de produits pétroliers» – ce qui donne de claires indications quant à la position hiérarchique offerte et au degré de spécialisation requis (transport de matières dangereuses) – que le passe-partout «développeur Web» et autres, comme on l'a souvent vu, « Commercial / Comptable – 100.000 FCFA par MOIS ».

Que retenir de tout ça ? Ceci, à notre avis :

> Qui entend attirer à lui les talents de demain se doit de porter une attention toute particulière au titre de l'emploi proposé. Il lui faut veiller à ce que celui-ci indique clairement la position hiérarchique dans laquelle va se retrouver la personne embauchée, le niveau d'expérience attendu ainsi que le degré de spécialisation requis. Bref, ce titre doit être à la fois informatif et attractif. Si l'on y parvient, alors le tour sera joué : les bons candidats se présenteront d'eux-mêmes, et parmi eux, peut-être, la perle rare!

En passant, l'écrivain marocain Tahar Ben Jelloun a dit dans L'Auberge des pauvres : «Une vraie rencontre, une rencontre décisive, c'est quelque chose qui ressemble au destin».

C’est un article d’Olivier Schmouker.

Source: 
IMFURA