Un nouveau DG à la Douane Camerounaise

A lire aussi

Douane camerounaise

Lundi, un peu en après-midi, un communiqué signé du Président de la République décrète Mr Edwin Fongod Nuvaga Nouveau directeur Général des Douanes du Cameroun. Celui qui s’occupait jusque-là, de la division informatique de la douane remplace ainsi Madame Minette Libon Li Likeng promue en Octobre dernier Ministre des Postes et Télécommunications.

On se rappelle que le passage de l’ancienne DG DC a été marqué par une lutte acharnée contre la corruption et la facilitation des procédures douanières. Dans ce dernier cas, elle a travaillé en étroite collaboration avec Mr Edwin afin de mettre en place SYDONIA.

Pour rappel, SYDONIA est un système Douanier Informatisé pour les douaniers, les consignataires, les commissionnaires agréés en douane et le GUCE (Guichet Unique). Il s’agit spécifiquement d’un réseau informatique basé sur le principe client/serveur. Les différents ordinateurs reliés à un serveur central constituent des postes de travail pour divers intervenants de la chaîne. Il permet ainsi de simplifier les procédures de traitement.

La menace sécuritaire actuelle condamne le nouveau DG DC à une plus grande vigilance.

Les chantiers du nouveau DG DC sont grands. On peut noter la poursuite de la lutte contre la corruption qui, on l’avoue, a été réellement enclenché. Mais nombre de choses restes à faire. Notamment le contrôle des procédures de dédouanements. Cependant, c’est surtour la sécurité qui entrera vite dans les premiers objectifs de Mr Edwin Fongod Nuvaga.

Il est évident qu’en période de trouble, la cohésion nationale est de mise afin de contrer tous entrants potentiels. C’est ce simple constat qui met la sécurité dans le top un des priorités de la douane camerounaise. On se rappelle qu’il y a quelques mois, la douane a mis sur pied, l’opération Sphynx. Une vingtaine de douaniers ont été dépêchés à Douala dans le cadre du test du scanner mobile prêté par une société américaine. Les résultats obtenus ont confondu tous les sceptiques, tant en matière de rapidité, de mobilité que d’efficacité. Grâce à sa vitesse d’exécution, il atteint une moyenne de 200 conteneurs par jour, là où le scanner de la SGS ne peut afficher qu’un chiffre de 32 conteneurs journaliers.

Ainsi, des conteneurs déclarés non suspects par la SGS ont été épinglés par le scanner mobile, grâce à une meilleure qualité de détection de la fraude. C’est ainsi que la douane peut attester que les inspections de la SGS ne constituent pas une garantie de contrôle de ce qui entre ou sort du Cameroun.

Après les récents attentats, l’enjeu de doter le Cameroun de scanner d’une technologie évoluée se pose avec acuité. Mais surtout, se pose la question cruciale d’une réappropriation des missions d’inspection douanière. Ces deux axes permettent une autonomisation du pays dans le combat contre les menaces sécuritaires.

Notamment, le contrôle de la circulation des armes. Le Bataillon d’Intervention Rapide (BIR) a d’ailleurs émis le vœu de posséder un scanner mobile. En plus de la sécurité, il y a la lutte contre la drogue et la contrebande. Les enjeux sont sanitaires certes, mais aussi économiques, pour le tissu d’entreprises nationales qui souffrent d’une concurrence déloyale menée par des produits contrefaits.

C’est la sensibilité à cette question qui a conduit le 11 Août 2015 un colloque Douane Camerounaise et Armée Marine dont le thème était : Ensemble pour relever le défi sécuritaire au large des Côtes maritimes. Le Ministère des Finances a d’ailleurs en mage de ce colloque signé une convention de Partenariat avec le Ministère de la Défense relative à la surveillance douanière du plan d’eau.

Source: 
IMFURA