Suite à un écroulement de la chaussée de l’axe lourd Douala-Yaoundé ce vendredi 21 octobre 2016, des mesures urgentes s’imposent.

A lire aussi

Route coupee Yaounde - Douala (21/10/2016)

La chaussée a subi une dépression choquante au lieu dit Manyai, pratiquement à mi-parcours de la route Yaoundé-Douala, empêchant désormais le trafic routier entre les deux principales villes du Cameroun.

Descendu sur les lieux, le ministre camerounais des Travaux publics, Emmanuel Nganou Djoumessi, a  évalué les dégâts et envisage des mesures urgentes en vue du rétablissement du trafic.

La cellule de communication du Ministère des Travaux publics informe à cet effet que «Des mesures d’urgence sont en cours pour rétablir la circulation sur la route Yaoundé – Douala, après l’effondrement d’une buse métallique sur la Route Nationale N°3. Le Secrétaire d’Etat auprès du Ministère des Travaux publics est actuellement à Matomb, dans le but de trouver une solution immédiate pour rétablir la circulation entre Yaoundé et Douala. En attendant de trouver une solution définitive, les équipes techniques du Ministère des Travaux Publics sont à pied d’œuvre pour poser un dispositif de traversée qui permettra aux véhicules de circuler. Sur place, l’entreprise Rout D’AF est mobilisée pour effectuer les travaux entre Yaoundé et le pont de Ndoupé. L’entreprise a déjà positionné ses engins»

Précisons qu’un seul jour d’interruption du trafic routier entre Yaoundé et Douala est fort préjudiciable pour l’économie camerounaise et bien au-delà. En effet, en plus des manque-à-gagner qu’enregistreront les entreprises et autres agences de voyages qui desservent les deux capitales, l’axe routier coupé depuis ce matin fait partie des corridors Douala-Ndjamena et Douala-Bangui, par lequel transitent quotidiennement d’importants volumes de marchandises à destination du Tchad et de la République centrafricaine. De ce fait, les voyageurs non plus qu’à utiliser la voie aérienne ou les voies de contournement, en passant par l’Ouest-Cameroun par exemple, pour joindre les deux capitales du Cameroun.

Source: 
IMFURA