Promote : cybercriminalité, le Cameroun passe à l'offensive

A lire aussi

A lire aussi

Stand ANTIC à Promote, Photo: IMFURA

Prenons l’envol de cette journée avec la cybercriminalité, oui, vous l’avez devinez ! Nous sommes dans le stand de l’ANTIC, l’Agence nationale des technologies de l’information et de la communication.

Une mission louable

Sa mission est, selon l’arrêté No 2012/180 du 10 Avril 2012, de promouvoir, et d’accompagner l’action du gouvernement en rapport aux technologies de l’information et de la communication. Il contrôle aussi les systèmes d’information de sécurité et les réseaux de communications électroniques. En occurrence, les certificats électroniques. Tout cela est fait en étroite collaboration avec l’agence de régulation des télécommunications. Ok ! Tout ceci c’est du gros français n’est-ce pas ?

En résumé, voici ce que IMFURA a retenu : l’ANTIC s’assure que les individus et les organisations (Publiques, privées comme parapubliques) ne sont pas manipulés ou escroqués sur internet. Par exemple, si une personne crée un compte facebook avec votre identité alors vous venez de subir un préjudice moral. Ce genre d’acte peut aller plus loin, notamment, on pourrait assister à la montée de la pédophilie ou de la tromperie financière. Vous avez souvent écoutez des histoires du genre, on vous a envoyé de l’argent et que vous devez envoyer votre adresse pour récupérer votre cadeau. Ou alors que vous avez gagné à une loterie à laquelle vous n’avez joué ! Vous seriez très chanceux à en croire les auteurs de pareils actes.

Pour ce dernier cas, un des employés de IMFURA a dernièrement réussi à dissuader une dame qui s’apprêtait à tomber dans ce genre de piège. Le rôle de l’ANTIC dans ce cas est donc tout à fait justifiable.

Autre exemple : vous vous rappelez, dernièrement, au mois d’Avril 2016, disons ça comme cela, le chef d’État camerounais, s’est fait voir sur une image rendant hommage aux soldats perdus sur le front lors la guerre contre Boko Haram. Cela avait créé un tollé dans l’opinion nationale et internationale car tout le monde savait que le chef de l’état ne pouvait s’y rendre car absent du pays. Eh bien, tenez-vous tranquille, pour l’ANTIC, il s’agissait simplement d’une cyber-attaque. Rien avoir avec une volonté manifeste de désinformation de la part du MICOM (Ministère de la communication) (ndlr) comme beaucoup tendaient à le faire savoir.

Des pistes de solutions

Pour éviter pareil dérapage, l’un des engagements prioritaires de l’ANTIC est alors de sensibiliser les populations sur les risques qu’elles courent à se lancer à ce type de désinformation de un, et de deux, à éviter que ces dernières ne tombent dans ce type de pièges. Mme Mme Sali de la CIRT (Computer incidence Response Team) que nous avons rencontrée incite les uns et les autres à ne pas toujours se «fier totalement » aux informations que nous recevons sur internet. Il faut vérifier la source.

Pour le cas des arnaques sur la toile, Mme Sali conseil une méthode originale pour créer un mot de passe sécurisant. Son apologie est simple : « lorsque vous avez un mot de passe qui dépasse au moins 8 lettres, alors les cyber criminels ont besoin des dizaines années pour réussir à la décrypter. » En plus, il faut éviter d’avoir un même mot de passe pour chaque site que vous visitez. Alors, disons que vous avez une dizaine de site. Il devient bien difficile de retenir 10 mots de passe à la fois. Alors nous tenons une astuce que nous a posément expliquée Mme Sali. Respirez un peu !

Comment avoir un mot de passe sécurisé ?

Supposons que vous voulez vous inscrire à la newsletter de IMFURA (pensez-y si ce n’est pas encore le cas). Votre mot de passe de base peut donc être IMFURA. Vous le savez déjà surement, votre mot de passe doit comporter les majuscules, les minuscules, les chiffres et des chiffres alphanumériques. Pour IMFURA, on peut décider que la première et la dernière lettre doivent être en majuscule cela va donner ImfurA. Ainsi dans tous nos sites, toutes nos premières et dernières lettres seront en majuscule.  Ensuite, puisqu’il faut des chiffres, on peut compter les lettres de notre mot de passe, dans le cas d’espèce c’est 6, donc notre nouveau mot de passe sera ImfurA6. Et comme il nous faut aussi des chiffres alphanumériques, on peut décider d’ajouter # à la fin de notre ancien mot de passe. Le nouveau sera alors ImfurA6#.

Tout à l’heure, nous avons dit qu’un mot de passe est bon lorsqu’il a au moins 8 chiffres, le nôtre est déjà bon. Mais pour plus de sécurité, on peut décider plutôt de mettre le # à la fin et au début de chacun de nos mots de passe. On aura donc finalement #ImfurA6# ce qui donne 9 chiffres, vraiment exemplaire pour un bon mot de passe. Vous avez remarqué qu’il s’agit d’une méthodologie que nous vous donnons. N’allez donc pas utiliser cela pour nuire à IMFURA, cela ne marchera pas. 

Bientôt les CNI(s) pour se connecter dans les cybers au Cameroun

Fait nouveau, depuis un certain temps, les usagers reçoivent des messages sur leur mobile, de la part du MINPOSTEL (Ministère des postes et télécommunications), les informant de peines qu’ils courent s’ils se trouvaient impliquer dans la désinformation sur internet. Les uns et les autres se demandaient alors comment une chose pareille était possible. Alors, tenez-vous tranquille, IMFURA a une ébauche de réponse.

L’ANTIC travaille actuellement sur un projet pour suivre les IP des différents ordinateurs des cybers. On sait déjà que si vous envoyez les fausses informations au travers de votre mobile, vous êtes facilement repérable. Alors ceux qui commettent ce genre de délit se cachent derrière les cybercafés. Alors, avant la fin de cette année 2017, selon l’ANTIC, pour se connecter à un cybercafé, vous devez utiliser votre Carte d’Identité Nationale (CNI). C’est une réponse qui reste limité. Car, nous ne savons pas quelle serait la dynamique de l’ANTIC si le délit était opéré par un ordinateur hors du territoire national. IMFURA avoue n’avoir pas eu la présence d’esprit de leur poser une telle question. Cet article peut tout de même être modifié.

Vous pouvez vous connecter sur les ondes de la CRTV chaque jeudi après le journal de 17h pour suivre les activités de l’ANTIC. En cas de cybercriminalité sur votre personne ou votre organisation, vous pouvez appeler le numéro vert 242099164 ou écrire à alerts@antic.cm pour dénoncer.

Source: 
IMFURA