Le chômage au plus bas en Allemagne, les français optimistes

A lire aussi

© Carte de la France et de l'Allemagne

Avec un taux de chômage de 6% seulement, le marché du travail allemand fait preuve d'une solidité qui contraste avec la plupart de ses voisins européens et même du monde entier.

«Les offres d'emploi évoluent de nouveau à un niveau très élevé», après un petit ralentissement durant l'été, a commenté le président de l'Agence allemande pour l'emploi, Frank Weise auprès des reporters du figaro.

Le taux de chômage en Allemagne est resté à 6 % en décembre, un niveau historiquement bas depuis la réunification du pays en 1990. La première économie européenne a vu son nombre de chômeurs se réduire de 17.000 personnes, a fait savoir mardi l'Agence pour l'emploi dans un communiqué. Sur l'ensemble de l'année, il a baissé à 6,1 %, selon des chiffres corrigés des variations saisonnières. «L'évolution positive s'est poursuivie jusqu'à la fin de l'année. Les offres d'emploi évoluent de nouveau à un niveau très élevé», après un petit ralentissement durant l'été, a commenté le président de l'Agence, Frank Weise.

Bien que cet état de chose soit propre à l'Allemagne, on peut également dire qu'en France, en cette fin d'année 2016, le moral des français est resté raisonablement stable. Il est d'ailleurs à son plus haut niveau depuis au moins neuf ans selon le qoutidien français BFM Business. Cette situation est due au fait que les craintes concernant le chômage se sont pour leur part de nouveau fortement estompées (-5 points), après une forte baisse en novembre. Le solde, descendu au-dessous de sa moyenne de longue période en novembre, "n'avait pas été aussi bas depuis juin 2008", souligne l'Insee.

Pour l'Allemagne en tout cas, l'embellie se confirme d'année en année: le taux de chômage est ainsi passé de 6,9 % en 2013 à 6,7 % en 2014 et 6,4 % en 2015. Le marché du travail allemand n'a eu de cesse de montrer une solidité qui contraste avec la plupart de ses voisins européens. Dans la zone euro, le taux de chômage est passé sous la barre des 10 % en septembre. «Les conditions du marché du travail demeurent remarquablement saines en Allemagne», insiste Timo Klein, économiste chez IHS.

En se rappelant la vague de migrants qui sont arrivés par centaines de milliers en Allemagne depuis 2015, on reste pensif sur l'incidence que cela aurait sur le chômage. Or pour l'heure, aucun effet notable n'a été constaté. Cependant, de plus en plus de réfugiés devraient obtenir un permis de résidence en 2017. Le chômage «va augmenter modestement à un certain moment dans l'année», anticipe Timo Klein, mais parallèlement, cette immigration devrait permettre à l'Allemagne, dont la population vieillit fortement, de continuer à accroître «au moins pour quelques années» sa population en âge de travailler.

De façon générale, que ce soit le taux de chômage qui baisse ou le moral des ménages qui est favorable, cela reste des éléments-clés pour évaluer le niveau à venir de la consommation, moteur important de la croissance en Europe avec l'investissement.

Source: 
IMFURA