J'ai découvert mon avantage inéquitable

A lire aussi

La question du cadre, je m’en rends compte maintenant, aurait pu être formulé ainsi : «Quel est l’avantage inéquitable (unfair advantage en anglais) de Hardbacon?» [Photo: Andrew Neel, Unsplash.com]

La semaine dernière, durant FintechTo à Toronto, je discutais avec un cadre de la Banque Royale. Il me demandait quel avantage Hardbacon avait pour régler un problème que j’avais identifié dans une industrie capable de dépenser des milliards pour développer de nouveaux produits. Ma première réponse, sans être fausse, n’était pas vraiment convaincante. Je lui ai répondu que Hardbacon pouvait bouger beaucoup plus vite que les grandes banques, au sein desquelles l’innovation tend à être étouffée par les processus et la politique interne.

Il n’était pas convaincu. Il reconnaissait que les banques n’étaient pas très agiles, mais il me faisait valoir qu’elles étaient toutes en train de mettre sur pied des programmes d’innovation à l’interne.

La question du cadre, je m’en rends compte maintenant, aurait pu être formulé ainsi : « Quel est l’avantage inéquitable (unfair advantage en anglais) de Hardbacon? » C’est une question à laquelle tout entrepreneur doit être capable de répondre de manière satisfaisante, à défaut de quoi son projet est condamné à l’avance.

Avoir identifié un problème et avoir trouvé une solution à ce problème est loin d’être suffisant pour assurer le succès d’une start-up. En fait, lorsqu’on commence à creuser, on finit généralement par découvrir des compétiteurs directs et indirects un peu partout. J’ai moi-même découvert plusieurs initiatives s’attaquant au fait que les gens ordinaires n’ont pas le même accès au système financier que les riches.

J’ai découvert deux organisations qui offraient des comparateurs de courtiers à escompte au Canada, soit Surviscor et Soarx Trading. Et c’est sans parler de tous les blogues comme Canadian Couch Potato et MoneyGeek, qui ont pour mission d’aider les gens à investir eux-mêmes leur argent.

Hardbacon est différent (et, j'ose espérer meilleur), mais lorsqu’on fait des affaires sur le Web, être différent (ou meilleur) n’est pas suffisant. Il faut être capable d’éclipser sa compétition, bref, il faut avoir un avantage inéquitable. Cet avantage inéquitable vient souvent de la technologie, du capital ou de la propriété intellectuelle, mais il n’y a pas de règle. L’important, c’est d’avoir un avantage impossible à imiter. Bref, votre avantage inéquitable ne peut pas être une bonne idée, un canal publicitaire ultra performant, ou une bonne connaissance de l’industrie, même s’il vous faut aussi de tels avantages pour réussir.

C’est un sujet auquel j’ai beaucoup réfléchi, au courant des dernières semaines, non sans une certaine crainte: celle de ne pas avoir un tel avantage. Toutefois, je pense avoir trouvé mon avantage inéquitable; c’est ma capacité à raconter des histoires. Ça semble bête, mais ce n’est pas en engageant une firme de publicité ou un rédacteur qu’une entreprise peut acquérir un tel avantage. 

En effet, la plupart des entreprises tendent à censurer le contenu produit par ses rédacteurs, aussi passionnés soient-ils par la mission de l’entreprise (je blague; ils le sont rarement). Les entreprises ne peuvent en effet pas s’empêcher de s’assurer que ledit contenu ne froissera pas ses partenaires et qu’il ne montre pas l’entreprise sous un angle vulnérable. Dans le cas de Hardbacon, nous n’avons pas cette contrainte, puisque nous croyons que toute vérité est bonne à dire, et que cette transparence est, ni plus ni moins, que notre marque de commerce. Dans un secteur aussi peu transparent que les services financiers, j’estime qu’il s’agit d’un avantage inéquitable.

Nous allons continuer à miser de manière disproportionnée sur les histoires, ce qui ne veut pas dire que Hardbacon n’est pas une compagnie technologique. Au contraire, nous allons miser de plus en plus sur la technologie. Mais elle viendra amplifier notre avantage inéquitable. Par exemple, en offrant des visualisations de portefeuilles boursiers, nous pourrions transformer des chiffres peu révélateurs en histoire aisément compréhensible par tout le monde.

Et vous, c’est quoi votre avantage inéquitable?

Source: 
Les Affaires