Comment savoir ce que pense vraiment votre interlocuteur?

A lire aussi

Entrer en résonance avec son interlocuteur c'est l'écouter, le respecter ...

Quand un partenaire d'affaires nous dit, tout sourire, qu'il n'a jamais fait de meilleure offre que celle qu'il vient de nous faire. Ou encore, quand un boss nous dit que notre idée est intéressante, mais fuit notre regard... Parfois, nous aimerions bien lire dans les pensées des autres, histoire de distinguer le vrai du faux et de pouvoir agir en conséquence.

Dans l’ouvrage Pensez altruiste et devenez riche, César Tchoffo évoque cette question et, tenez-vous bien, il montre qu’à partir d’un certain nombre de faits et geste, nous pouvons, avec une précision relative savoir (et c’est important) de façon passive ce que l’autre pense réellement. Cela a été appuyé par un article que nous venons de lire, provenant d’Olivier Schmouker.

Dans cet article, on peut découvrir Evy Poumpouras qui dispose d’un profil détonnant :

> Evy Poumpouras. Sous ses faux airs de femme à la fois fatale et délurée se cache, en vérité, une femme qui a oeuvré douze années au sein des Services secrets américains, essentiellement sur le terrain : elle a enquêté sur des affaires criminelles complexes, effectué des opérations clandestines, ou encore protégé l'ex-président américain Barack Obama lors de déplacements officiels. Elle est diplômée en psychologie et parle couramment le grec, l'espagnol, l'italien, le français et l'arabe. Et aujourd'hui, elle intervient souvent sur des plateaux d'émissions télévisées (NBC, MSNBC, CNN, etc.) pour parler autant de psychologie que de sécurité.

Elle a rédigé un article sur le magazine américain Cosmopolitan dans lequel elle indiquait trois trucs pratiques pour savoir ce que les autres pensent véritablement lorsqu'on s'adresse à eux. Trois trucs que nous allons nous faire un plaisir de partager avec vous, tant nous sommes convaincu qu'ils peuvent se révéler utiles dans votre quotidien au travail...

«Soyons francs, vous ne parviendrez jamais à "résoudre" votre boss comme on résout un problème mathématique, dit Evy Poumpouras. Décoder ce que pense quelqu'un ne correspond pas à recourir à une méthode rigoureuse et rigide, mais plutôt à faire confiance à son instinct. Ce qui fait qu'il n'est pas nécessaire d'être diplômé en psychologie ou d'avoir mené de centaines d'entretiens serrés comme peuvent le faire les policiers pour déceler le vrai du faux de ce que dit votre interlocuteur. Les trois trucs suivants devraient d'ailleurs vous permettre de découvrir que vous êtes beaucoup plus doués en la matière que ce que vous pensez...

1. Écoutez plus, parlez moins

«L'écoute attentive est l'une des clés fondamentales. Pour lire correctement les pensées de votre interlocuteur, il est impératif d'écouter ce qu'il vous dit; et donc, de le laisser vous communiquer le plus d'informations possible. Parce que plus il parlera, plus il vous donnera d'informations. Votre chance, c'est qu'en général les gens adorent parler d'eux. Alors, laissez-les faire!

«Soyez ainsi attentifs à ce qu'il dit, mais aussi à ce qu'il ne dit pas. Vous semble-t-il qu'il tait certains détails dans l'histoire qu'il vous raconte? Est-ce qu'il vous regarde en parlant? C'est que les mots qu'il utilise et les gestes qu'il fait en disent toujours long sur votre interlocuteur.

Deux astuces :

– Ne coupez pas la parole à votre interlocuteur. Non seulement c'est impoli, mais aussi ça risque de l'empêcher d'aller au fond de son argumentation, et de vous empêcher d'obtenir des informations importantes. Laissez-le donc parler jusqu'à ce qu'il s'arrête de lui-même, puis revenez sur certains points, au besoin.

– Posez des questions ouvertes. C'est-à-dire qui ne peuvent pas être répondues par un simple «oui» ou «non». Ce qui peut se faire à l'aide de questions commençant par «Comment» ou «Pourquoi».»

2. Perfectionnez votre poker face

«Pour que votre interlocuteur poursuive sans encombre ce qu'il est en train de vous dire, ne le jugez pas ouvertement, ne montrez surtout pas que ses propos vous déplaisent. Car lorsque les gens sentent la désapprobation, ils s'autocensurent, ils retiennent de l'information, ils se taisent. Dès lors, il devient impossible de lire dans leurs pensées.

Une astuce :

– Prenez conscience que votre corps et votre visage trahit vos émotions. Arrêtez vos yeux de rouler, de mordre vos joues, ou encore de croiser les bras devant vous : cela envoie un message négatif à l'autre. Au lieu de ça, évertuez-vous plutôt à adopter une posture relax et un visage attentionné. Bref, ayez ce qu'on appelle un poker face, ce qui n'est pas – comme certains le croient à tort – un visage dénué de toute forme d'émotion, glacial comme un robot, mais bel et bien un visage attentif et poli; ce qui peut être accompli avec brio rien qu'en faisant l'effort d'opiner à chaque fin de phrase de votre interlocuteur – un signe qui invite toujours à poursuivre –, même si ce que l'autre dit vous déplaît.»

3. Écoutez votre petite voix intérieure

«Combien de fois avez-vous entendu quelqu'un dire, après coup : «C'est bizarre, j'avais un feeling étrange à propos de ce type». C'est que 99,9% du temps, notre instinct voit juste, le hic étant que notre esprit logique se refuse de l'écouter. Nous éteignons vite fait la petite voix intérieure qui nous lance des avertissements; et ce, parce que ce qu'elle nous dit nous dérange, en ce sens qu'elle ne nous dit pas ce que nous aimerions entendre. Surtout lorsque cela concerne des gens que nous apprécions (un collègue efficace, etc.).

Une astuce :

> Fiez-vous à votre première impression, car elle est bien souvent la bonne. Lors d'une réunion, il suffit de quelques minutes pour ressentir les ondes propagées par les uns et les autres. À vous dès lors d'identifier les ondes attirantes et les ondes repoussantes, puis d'agir en conséquence. Faites confiance à vos tripes et aux messages qu'elles vous envoient : par exemple, si vous avez la curieuse sensation que quelqu'un vous ment en pleine face, ou à tout le moins vous cache certaines informations, eh bien, c'est que c'est vraisemblablement le cas. C'est aussi simple que ça.»

Voilà. Vous disposez à présent d'astuces à même de vous permettre d'y voir un peu plus clair dans l'esprit des autres. À force d'y recourir, il semble évident que votre 6e sens s'affûtera, à tel point – qui sait? – qu'ils deviendront, un beau jour, transparents à vos yeux.

En passant, l'écrivain français Gilbert Cesbron aimait à dire : «Les arrière-pensées que nous prêtons aux autres ne sont jamais que nos propres pensées». Et dans Pensez altruiste et devenez riche, l’auteur et entrepreneur César Tchoffo demande d’ « entre en résonnance » avec votre interlocuteur.

Source: 
IMFURA