Clinton ou Trump : quels effets pour l'économie américaine ?

A lire aussi

0

La banque d'affaires Edmond de Rothschild a évalué les scénarios politiques et économiques selon le vainqueur de l'élection présidentielle américaine.

Il y aura un vainqueur dans la nuit de mardi à mercredi, mais des conséquences différentes selon l'ampleur de la victoire à l'élection américaine. Quel sera, selon ces scénarios, l'impact de l'élection d'Hillary Clinton ou de Donald Trump ? C'est ce qu'évalue une note d'Edmond de Rothschild Asset Management. Elle estime à 49 % les chances d'Hillary Clinton d'entrer à la Maison-Blanche. Dans ce cas, la nouvelle présidente décidera d'une relance budgétaire modérée et d'une réforme fiscale « probablement axée sur les entreprises ». Elle décidera aussi d'une « réforme fiscale de grande ampleur ». Les petites banques bénéficieront d'un « allègement réglementaire ».

Avec une victoire plus étriquée (scénario baptisé « Clinton survit », 25 % de chances), la relance sera financée par les impôts, mais en cas de raz-de-marée démocrate (4 %), Hillary Clinton développera Medicaid (l'assurance maladie pour les plus faibles), décidera d'une réglementation financière plus stricte et d'une réforme en matière d'immigration ; elle augmentera le salaire minimum et, avec un degré moindre de certitude, baissera les impôts.

Immigration

Et si Donald Trump l'emporte ? La note d'Edmond de Rothschild évalue deux cas de figure. D'abord, une victoire ric-rac (« Des démocrates habillés en républicains », 12 %). En ce cas, Donald Trump engage des dépenses d'infrastructures, une réforme de la fiscalité, instaure des barrières commerciales et remplace la présidente de la Fed. Le secteur de l'énergie profiterait du report de la réglementation de l'Agence de protection de l'environnement

Si la victoire est écrasante (6 %), Donald Trump se lance dans une relance budgétaire « significative » et décide de « politiques restrictives en matière d'immigration ». « Les restrictions sur l'immigration pourraient entraîner une réduction de la main-d'œuvre et de la demande des consommateurs », observe la note. Verdict dans la nuit de mardi à mercredi.

 

 

 

Source: 
Le Point