Cameroun : 5 choses à savoir ce mercredi

A lire aussi

@DR

Cameroun : pour 2017, le ministère des Postes et Télécoms annonce un encadrement accru des jeunes et des start-up

L’encadrement des jeunes et des start-up sera prioritaire dans l’action du ministère camerounais des Postes et Télécommunications (Minpostel) cette année, a indiqué la Ministre Minette Libom Li Likeng le 20 janvier dernier dans la capitale, en recevant les vœux de ses collaborateurs. «Nous allons mettre un accent sur l’encadrement de la jeunesse et les startups pour que leurs idées se transforment en entreprises numériques, pendant que nous continuons à développer les infrastructures», a-t-elle annoncé. Par ailleurs, a ajouté la ministre des Postes et Télécoms, 2017 va consacrer des réajustements dans le domaine de la régulation. Parce que, a expliqué Mme Libom Li Likeng, «nous ne pouvons pas développer l’économie numérique s’il n’y a pas cette confiance numérique».

L’UE octroie au Cameroun un financement de 6,5 milliards de FCfa pour améliorer son système d’Etat-civil

Le gouvernement camerounais et la délégation de la Commission de l’Union européenne dans le pays ont signé le 24 janvier 2017 à Yaoundé, la capitale du pays, une convention de financement de 6,5 milliards de francs Cfa, soit un peu plus de 10 millions d’euros. Les fonds ainsi mis à disposition, a-t-on appris, serviront à améliorer la gouvernance dans le pays. Il sera par exemple question d’y impliquer davantage les organisations de la société civile.

Par ailleurs, ce financement de l’Union européenne servira à améliorer le système d’Etat-civil au Cameroun. En effet, a révélé Françoise Collet, la chef de la délégation de la Commission de l’UE, plus de la moitié des enfants qui naissent au Cameroun ne sont pas enregistrés dans les registres de l’Etat-civil. Cette proportion des naissances non enregistrées atteint jusqu’à 56% dans la région de l’Est-Cameroun, et plus de 38% dans celle de l’Extrême-Nord, a révélé Françoise Collet, citant une étude réalisée sur ce phénomène.

L’action de l’AFD au Cameroun pèse 131 milliards de FCFA par an au cours des 10 dernières années

A l’occasion de la présentation des vœux à l’ambassadeur de France au Cameroun, Gilles Thibault (photo), il y a quelques jours à Yaoundé, l’on a appris que l’Agence française de développement (AFD) poursuit sa trajectoire ascendante au Cameroun avec une moyenne de 200 millions d’euros (à peu près 131 milliards de FCFA) par an au cours des 10 dernières années. Aujourd’hui, indique l’ambassade de France, « les opérations conduites par l’AFD ont atteint un degré de maturité sans précédent qui se traduit par cette importante enveloppe de 131 milliards de FCFA chaque année ». La représentation diplomatique précise que lesdites contributions contribuent à la stabilisation du pays et à l’amélioration des conditions de vie. Et que la jeunesse, qui constitue à la fois la majorité de la population et l’avenir du Cameroun, est l’un de ses cœurs de cible.

Par ailleurs, l’ambassade a indiqué que, toujours dans le domaine de la coopération économique, près de 200 entreprises françaises sont implantées sur le territoire camerounais. Ces entreprises couvrent des secteurs économiques utiles au développement durable de ce pays tels que les télécommunications, la finance, les assurances, les infrastructures énergétiques, les transports ou encore la grande distribution. L'on peut citer l'opérateur des télécoms Orange, les banquiers Bicec et Société générale, l'assureur Allianz, etc.

Le Cameroun lance avec l’appui de l’AFD « le chèque service » pour appuyer les entreprises du secteur agro-alimentaire

Parce que la frilosité du secteur bancaire empêche les entrepreneurs camerounais de financer leurs investissements et que l’absence de services professionnels adaptés limite leur productivité, le Cameroun, avec l’appui de l’Agence France de développement (AFD), vient de lancer un nouvel outil dénommé « le chèque service » pour appuyer les entreprises du secteur agro-alimentaire.

« Le chèque-service, explique l’AFD, est une subvention offerte à des entreprises pour leur permettre d’accéder plus facilement aux prestations de bureaux d’études, d’ONG spécialisées, de centres de formation professionnelle, etc... Il est l’un des leviers permettant d’appuyer concrètement le tissu productif local ». En faisant tomber la barrière financière, indique l’Agence, le chèque incite des chefs d’entreprise, parfois peu familiers de ce genre de démarches, à faire appel à des professionnels pour les appuyer dans la montée en gamme de leurs activités.

253 millions de FCfa pour indemniser les populations impactées par la ligne haute tension du barrage de Lom Pangar au Cameroun

Le 23 janvier 2017, le gouvernement camerounais a lancé l’opération d’indemnisation des populations impactées par le projet de construction d’une ligne haute tension pour le transport de l’électricité entre le barrage de Lom Pangar et la ville de Bertoua, dans la région de l’Est du pays.

Au nombre de plus de 500 et provenant de 17 villages de cette région forestière du Cameroun, ces personnes, dont les biens seront détruits dans le cadre de ce projet, percevront une enveloppe totale de 253 millions de francs Cfa.

Pour rappel, l’aménagement hydroélectrique de Lom Pangar, qui a permis au Cameroun de se doter de son plus grand barrage, intègre la construction d’une usine de pied d’une capacité de 30 MW. L’énergie produite sur ce site permettra d’électrifier 150 villages. Elle sera transportée par une ligne à construire sur environ 105 Km, entre le site du barrage et la ville de Bertoua, la capitale régionale de l’Est-Cameroun.

SA et BRM.

Source: 
Investir au Cameroun