Boukarou, Changer le monde : Olivia Mukam

A lire aussi

@ IMFURA : Olivia Mukam

Vous avez parlez de changer le monde ? Olivia l’expérimente au quotidien dans son projet où elle contribue à « changer les jeunes en allant dans les universités leur demander de créer des idées utiles pour le pays et qui seront primées ». Dans un contexte social, où, très souvent, les œuvres apparemment alléchantes sont systématiquement repoussées du fait de la réserve et de la prudence. Or l’inaction n’a pourtant pas sa place dans un environnement qui se veut changeant et de sur quoi, entouré de personnes volontaire telle Olivia Mukam.

L’amère expérience est qu’elle s’est retrouvé dans une situation rocambolesque où elle était obligée de se faire traiter « d’espion et de voleuses d’idées ». Or c’est de « notre responsabilité » d’apporter des solutions novatrices. « Qu’on le veut ou non, dans l’optimisme, il y aura toujours des gens qui adoptent nos produits. Et dans le pessimisme, il y a toujours des gens qui vont voir l’opportunité » affirme Olivia Mukam, celle qui déborde de sourire.

Persévérance donc à l’appui, son groupe et elle ont réussi à faire une compétition selon laquelle, les jeunes devaient s’exprimer sur leurs projets pendant 90 secondes et les meilleurs seront immédiatement recrutés. Ensuite, faisant face à une sérieuse problématique de manque de données, un groupe d’ambassadeurs a été lancé dans sept régions du Cameroun. Le but étant de faire des interviews sur divers secteurs formelles et informelles dans le souci de récolter le maximum de données possibles.

Actuellement il est d’ailleurs lancé une campagne avec les personnes revendant les crédits de communication (callbox). Le but est de récolter les informations relatives à leurs difficultés. Ce qui est certains « si on connaît les problèmes des différents secteurs alors des solutions éclairées naitront » Et le plus gros défis de Mukam, depuis un certain temps, est de créer une structure indépendante qui puisse fonctionner même quand elle n’est pas là. 

Source: 
IMFURA